Wainao, t-shirts reversibles chasseurs et lions - enigme

"Chasseurs et Lions" - BONUS

 Ce qu'ils pensent de CHEIKH ANTA DIOP et du  colloque du Caire.

 

Jean-Marc ELA, 

"En un sens, Ch. A. Diop est ce travailleur intellectuel qui dit l’Afrique au monde des savants s Toutes ses publications laissent entrevoir un goût de curiosité qui ne peut-être assouvi que par de nouvelles recherches. Chaque ouvrage est la reprise et l’approfondissement d’un thème à variation, multiple. Jamais cet écrivain n’a eu à traiter un sujet banal. Il s’est délibérément écarté des discussions creuses et des débats stériles qui n’apporte rien à la cause des peuples noirs. Il a donné le meilleur de lui-même et investi ses forces physiques, morales et intellectuelles en portant à un haut niveau le destin d’un continent. Cheikh Anta Diop, c’est la conscience scientifique et historique de l’Afrique."

 

Aimé CÉSAIRE

cesaire

"Je ne m’étendrai pas sur le cas des historiens, ni celui des historiens de la colonisation, ni celui des égyptologues, le cas des premiers étant trop évident, dans le cas des seconds, le mécanisme de leur mystification ayant été définitivement démonté par Cheikh Anta Diop, dans son livre : Nations nègres et Culture – le plus audacieux qu’un nègre ait jusqu’ici écrit et qui comptera, à n’en pas douter, dans le réveil de l’Afrique."

 

 

Jean DEVISSE, 

"…L’homme et le savant [Cheikh Anta Diop] ont été au cœur de trop de contestations et de controverses, l’œuvre est trop importante pour que le silence les recouvre…L’Europe, tout particulièrement la France, a beaucoup hésité à prendre en considération cet homme et les idées dont il était porteur…peu d’historiens auront renversé autant d’idées reçues, bouleversé autant de perspectives, ouvert autant de pistes de recherche…Je tiens à lui dire [à Cheikh Anta Diop], et je suis heureux de le faire à Yaoundé, à l’occasion de ce colloque, que je lui suis profondément reconnaissant de m’avoir, par sa ténacité, par son acharnement de chercheur, contraint à modifier plus d’un de mes points de vue, à abandonner nombre de préjugés que m’avait inculqués l’éducation que j’ai reçue. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui sur tous les points, je lui devais cet hommage."

 

 

Pathé DIAGNE, 

"Son impact sur la pensée africaine et négro ne cède aujourd’hui à aucune autre. Il a résisté à toutes les attaques sur son œuvre. Il a été plus fort que toutes les critiques idéologistes qui lui ont été adressées."

 

 

Asa G. HILLIARD III

asahilliard3

"Peut-être aucun universitaire n’a autant influencé l’égyptologie traditionnelle comme Cheikh Anta Diop l’a fait. Dans un assaut frontal, il défia tout seul l’égyptologie traditionnelle sur ses présuppositions favorites faisant de l’Égypte une civilisation de blancs ou alors non africaine. Ce génie multidisciplinaire mena le combat pour la reconstruction de la connaissance que nous avons de l’Égypte antique.

 

Babacar Mbaye DIOP, Doudou DIENG

L’ère du continent « sans histoire » est révolue depuis la publication en 1954 de Nations Nègres et culture. En récusant la lecture hégélienne de l’histoire humaine, Cheikh Anta Diop, l’historien le plus considérable du 20e siècle, s’est attelé à rétablir, dans cet ouvrage, la conscience historique africaine."

 

Meinrad HEGBA, 

"Lorsque Cheikh Anta Diop, l’homme d’une érudition encyclopédique, publia son fameux ouvrage Nations nègres et culture, il fut attaqué de toutes parts, ridiculisé, honni parce que sa vision de l’histoire du monde osait défier le schéma dogmatique tracé entre autres par Hegel et Gobineau et qui fait de l’homme noir celui qui ne contribue jamais su patrimoine de l’humanité. Cheikh Anta Diop fut attaquée non seulement par des historiens compétents, mais même par de petits écrivains et journalistes européens incapables de lire Hérodote ou Diodore de Sicile, mais qui s’arrogeaient le droit de rejeter avec dédain les chroniques égyptiennes de ces historiens consciencieux…Devant l’avalanche de moqueries, insultes, avanies déchaînées contre le chercheur sénégalais, combien d’intellectuels africains eurent le courage de prendre sa défense ? Au nom de l’histoire scientifique de leur maîtres, certains allèrent jusqu’à leur faire chorus pour dénoncer les « thèses simplistes » de Cheikh Anta Diop."

 

 

 Souleymane Bachir Diagne

"Les Occidentaux nous disent que tout a commencé par la Grèce. On nous parle de « miracle grec », ce qui impliquerait que la Grèce ne naît que d’elle-même et que sa civilisation n’aurait eu aucun lien avec le monde antique environnant. Diop a montré, avec des preuves à l’appui, puisées autant dans l’archéologie, l’histoire que dans la linguistique, que les échanges avaient bel et bien eu lieu entre le monde grec et le monde égyptien. Platon lui-même a reconnu dans ses dialogues la dette de la Grèce à l’égard de l’Egypte." - 

 

 Jean Philippe Omontunde

"Il a été construit un imaginaire négatif en Europe vis à vis des Noirs, pour justifier l’entreprise coloniale et néo-coloniale. Les jeunes se rendent de plus en compte de la nocivité de tels affirmations sans fondement. Il faut relever le défis et changer cet imaginaire nocif pour bâtir une nouvelle humanité. Et cela reste la mission des hommes et des femmes de bonne volonté, peu importe leur origine. L’école est l’un des tous premiers chantiers mais pour le moment, c’est une forteresse !" - 

 

JC COOVI GOMEZ

" Tous les savants blancs de bonne foi, comme Madeleine ROUSSEAU, qui n'ont pas voulu falsifier l'histoire de l'Afrique, ont vu leurs travaux frappés d'austracisme!" - 

 

 

           Ce que dit CHEIKH ANTA DIOP en vidéo.

 

 

COLLOQUE DU CAIRE: Les 26 plus grands spécialistes de l'Egypte ancienne réunis autour d'une table.

 

 

PARTICIPANTS DU COLLOQUE DU CAIRE

A. M. ABDALLA

Departement d'histoire, Université de Khartoum, Soudan

A. Abu BAKR

Université du Caire, Égypte

N. BLANC

École Pratique des Hautes Études, Paris, France

F. DEBONO

expert UNESCO, Centre de documentation sur l'Égypte ancienne, Malte

C. A. DIOP

Université de Dakar, Sénégal

G. GHALLAB

Institut d'étude et de recherche africaine , Université du Caire, Égypte

J. DEVISSE

Université Paris VIII, Paris

L. HABACHI

Institut Oriental , Université de Chicago, États-Unis

S. HUSAIN

Organisation des antiquités Egyptienne, Le Caire, Égypte

W. KAISER

Institut Allemande d'Archéologie du Caire, République Fédérale d'Allemagne

R. HOLTOER

Université d' Helsinki, Finlande

J. LECLANT

Université Paris-Sorbonne, Paris

J. GORDON-JACQUET

Institut français d'archéologie orientale du Caire, États-Unis

G. MOKHTAR

Direction du Service des Antiquités, Égypte

T. OBENGA

Professeur Université Mariem N'Gouabi, Brazzaville, Congo

T. SÄVE-SÖDERBERG

Université d'Uppsala, Suède

R. EL NADURI

Faculty of Arts, Alexandria, Égypte

S. SAUNERON

Institut français d'archéologie orientale du Caire, France

J. VERCOUTTER

Institut de papyrologie et d'égyptologie de l'Université de LILLE

P. L. SHINNIE

Departement d'Archeologie, University de Calgary, Canada

Observateurs :

S. HABLE SELASSIE

Department of History, Haile Selassie I University, Éthiopie

L. KAKOSY

Department of Ancient Oriental History, Université de Budapest V, Hongrie

F. H. HUSSEI

N, Department of Physical Anthropology, National Research Center, Le Caire, Égypte

V. L. GROTTANELLI

Institut d'ethnologie, Université de Rome, Italie

P. A. DIOP

journaliste du quotidien sénégalais "Le soleil", Dakar, Sénégal

 

Représentants de l'UNESCO :

M. GLÉLÉ

Division des études des cultures

Mme MELCER

Division des études des cultures

 

EXTRAIT DES CONCLUSIONS DU COLLOQUE DU CAIRE PAR LE RAPPPORTEUR JEAN DEVISSE

 

 

"LA TRÈS MINUTIEUSE PRÉPARATION DES COMMUNICATIONS DES PROFESSEURS CHEIKH ANTA DIOP ET OBENGA N'A PAS EU, MALGRÉ LES PRÉCISIONS CONTENUES DANS LE DOCUMENT DE TRAVAIL PRÉPARATOIRE ENVOYÉ PAR L'UNESCO, UNE CONTREPARTIE TOUJOURS ÉGALE. IL S'EN EST SUIVI UN VÉRITABLE DÉSÉQUILIBRE DANS LES DISCUSSIONS".